Plusieurs nouveaux projets de coopération avec le Maroc ont vu le jour, depuis 2015, essentiellement dans le domaine de la culture. Véritable carrefour entre l’Europe et l’Afrique, entre l’Orient et l’Occident, le Maroc a souhaité s’inscrire dans un partenariat de long terme avec la Province de Hainaut, visant les échanges entre artistes, auteurs, philosophes et équipes artistiques issus du secteur culturel.

De 2015 à 2017, les arts de la rue ont été mis à l’honneur à travers la création d’un spectacle belgo-marocain devenu une vitrine importante pour plusieurs jeunes artistes belges et marocains. Ce projet, co-financé par Wallonie-Bruxelles International, a réuni le Centre des Arts de la Rue à Ath, le Collectif Eclat de Lune à Marrakech, le Théâtre Nomade à Casablanca et les compagnies belges Passeurs de Rêves et Arts Nomades.

Dans le cadre du projet « Plateforme   interculturelle Hainaut-Essaouira », un partenariat s’est engagé pour 5 années avec la ville d’Essaouira, ville-phare au Maroc du dialogue entre cultures et religions. Lors de l’édition 2018 « des Rencontres Inattendues » à Tournai, une création musicale tout aussi inattendue a fait l’ouverture du festival face à un public ébahi dans une cathédrale comble.

Il s’agissait du spectacle-concert « Salam Rock » (voir document) revisitant certains morceaux de Jimi Hendrix, de John Lennon, des Rolling Stones, des Doors ou encore de Led Zeppelin, autant de héros du rock qui ont éprouvé une certaine attraction pour le pays de l’Atlas. L’idée était de recréer cette ambiance au carrefour de l’Orient et de l’Occident en mariant la musique de ces groupes avec les musiques Gnaouas traditionnelles du Maroc.